Science et Pseudo-Sciences n°301

Sommaire

Éditorial p. 1
Du côté de la science p. 3
Regards sur la science p. 5


Dossier - Les nanotechnologies, promesses et controverse

Autour des années 2000, les sciences physiques et les technologies microélectroniques ont proclamé que leur champ d’investigation se situait désormais dans le domaine des tailles nanométriques. Ce virage allait occasionner de nombreux débats parmi les scientifiques mais de furieuses controverses ont débordé de la communauté scientifique. Des groupes se sont proclamés antinanos, les accusant de nombreux maux, et porteurs de risques sanitaires et environnementaux majeurs. S’agit-il d’un vrai tournant scientifique et technologique ? Ce dossier vise à éclairer davantage ce dossier et proposer quelques éléments de réflexion.

- Les nanosciences, une révolution ? (Jean-Louis Pautrat) p. 14
- La microélectronique, une révolution (presque) achevée ? (Jean-Louis Pautrat) p. 20
- Nanomatériaux et nanochimie (Jean-Louis Pautrat) p. 22
- Systèmes micro- et nanomécaniques (Jean-Louis Pautrat) p. 25
- Quels risques sanitaires et environnementaux ? (Roland Masse et Claude Boudène) p. 26
- Nanotechnologies : le maelstrom des fantasmes (Dominique Grand et Nayla Farouki) p. 38
- L’amélioration de l’homme (Jean-Paul Krivine) p. 44


Dossier - Gaz de schiste : et si on écoutait les scientifiques ?

Présenté comme un désastre environnemental inévitable, le gaz de schiste représente un bouleversement majeur dans le paysage énergétique mondial. En Europe, la controverse s’est développée sans qu’il soit aisé de sortir d’une présentation qui se résumerait à des industriels pollueurs sans scrupules dévastant le paysage. La réalité semble être bien plus nuancée. Ce dossier entend donner les éléments d’une réflexion sereine sur un sujet aux enjeux majeurs, contribuant ainsi à des décisions appuyées sur des arguments scientifiques. Qu’est-ce que le gaz de schiste ? Existe-t-il des moyens propres de l’exploiter ? En se substituant au charbon, pourrait-il contribuer à diminuer les émissions de CO2 ? Que disent les scientifiques ? Et ne faudrait-il pas les écouter davantage ?

- Les gaz non conventionnels : qu’est-ce que c’est ? (Bruno Goffé) p. 48
- Les impacts environnementaux (Bruno Goffé) p. 52
- Des États-Unis vers la France : la controverse (Bernard Tardieu) p. 58
- Et si on écoutait les scientifiques ? (collectif) p. 64
- Les gaz de schiste : une réalité aux États-Unis, une éventualité ailleurs (Oliver Appert) p. 66


Du muscle à l’atome (Marcel Boiteux) p. 72

Un monde fou, fou, fou... (Brigitte Axelrad) p. 82
Livres et revues p. 86
La vie de l’AFIS p. 94


L’édito

Idées reçues sur la science et le rationalisme

« Au-delà de la réalité avérée ou non de ces phénomènes [les phénomènes paranormaux], c’est le fait que les personnes les aient vécus comme étant vrais qui est important, explique Renaud Evrard, membre du Groupe étudiants de l’IMI [Institut métapsychique international]. Nous sommes sur une ligne de crête entre les "illuminés" et les hypersceptiques, précise le pédopsychiatre des hôpitaux Paul-Louis Rabeyron, également membre du comité directeur de l’IMI. Notre approche se veut rationnelle, mais ouverte. Pas besoin selon lui de qualifier trop vite les personnes témoignant de telles expériences de psychotiques ».

Lire la suite

C’est ainsi qu’une journaliste rend compte 1 d’une conférence organisée par l’IMI. Passons sur le fait que les membres d’une association tentant de valider les pseudo-sciences sous couvert d’une « étude objective des phénomènes paranormaux » soient présentés sans le moindre recul comme « des professionnels de la santé mentale [se penchant] sur des cas pratiques ». Et arrêtons-nous un instant sur les propos rapportés.

En quelques lignes, ce n’est pas moins de quatre idées reçues qui sont assénées et relayées. Celles-ci sont malheureusement bien caractéristiques de discours trop souvent colportés sans le moindre esprit critique, dans de nombreux médias.

« Au-delà de la réalité avérée ou non de ces phénomènes, c’est le fait que les personnes les aient vécus comme étant vrais qui est importante »

Propos étranges. Veut-on laisser entendre que croire réels des phénomènes les rende ipso facto réels ? Difficile à admettre, à moins d’adopter un point de vue radicalement relativiste. Veut-on alors dire que le « vécu » importe plus que la réalité ? Mais de quel point de vue ?

« Nous sommes sur une ligne de crête entre les "illuminés" et les hypersceptiques »

Il est une rhétorique très à la mode consistant, pour légitimer un propos, à inventer des extrêmes de part et d’autres pour conclure que la vérité et la sagesse sont probablement au milieu. Et le stratagème fonctionne : qui souhaiterait, en effet, se voir qualifier d’« illuminé » ou d’hypersceptique ?

« Notre approche se veut rationnelle, mais ouverte »

Le rationalisme a mauvaise presse et le doute radical serait la sagesse même. Pourtant, le rationalisme, c’est l’ouverture aux faits et aux arguments. Le doute est certes nécessaire, non pas comme position ultime, mais comme point de départ d’une investigation critique.

« Pas besoin de qualifier trop vite les personnes témoignant de telles expériences de "psychotiques" ».

Éternel amalgame qui consiste à décrédibiliser le propos des sceptiques en affirmant qu’ils s’en prennent aux croyants, et non pas aux croyances. L’être humain a souvent de bonnes raisons de croire en des choses fausses. L’astrologie, la psychanalyse, l’homéopathie sont autant de croyances que la connaissance scientifique a invalidées, par expérimentation, par constatation de l’absence d’adéquation des allégations à la réalité. Pour autant, et nous l’avons souvent illustré dans nos colonnes, la persistance de la croyance trouve des racines dans de nombreux facteurs qui sont, pour une bonne part, extérieures aux individus eux mêmes.

1 20 minutes, 20 avril 2012. http://www.20minutes.fr/societe/920...

Ce numéro est disponible en version papier

Acheter
Dossier de presse à télécharger

Si vous êtes journaliste et souhaitez recevoir les derniers dossiers de presse et communiqués dès leur parution sur votre adresse e-mail, cliquez ici.