Science et Pseudo-Sciences n°321

Sommaire

Éditorial -– Science et pseudo-sciences évolue

Regards sur la science

Maladie de Lyme : et si le scandale était ailleurs ?

  • La maladie de Lyme : entre psychose et fausses informations (Jean-Paul Krivine)
  • La vérité sur la maladie de Lyme, note de lecture sur le livre de Christian Perronne
  • La question des tests sérologiques (Entretien avec le Pr Didier Raoult)
  • Le point de vue d’un praticien (|Dr Pierre Kieffer)
  • Les bactéries dans la nature et leur transmission à l’être humain (Nathalie Boulanger et Benoit Jaulhac)
  • Le vrai scandale de la maladie de Lyme (Pr Marc Gentilini)

La prévention du cancer du col de l’utérus face à l’obscurantisme (Catherine Hill)

Le dualisme esprit-matière derrière les pseudo-sciences (Thierry Ripoll)

Histoire de l’âge de la Terre (Hubert Krivine)

La vénération du psychothérapeute : explications et conséquences (Jacques Van Rillaer)

Un monde fou, fou, fou (Brigitte Axelrad)

Science & conscience — l’intégrité scientifique (Hervé Maisonneuve)

Sornettes sur Internet — L’énergiologie : une pseudoscience à dormir debout (Sébastien Point)

Livres

Dialogue avec nos lecteurs


L’édito

Science et pseudo-sciences évolue

C’est en novembre 1968, il y a bientôt cinquante ans, que le journaliste Michel Rouzé publiait le numéro 1 de ce qui s’appelait alors les Cahiers de l’agence française d’information scientifique. Son projet de constitution d’une agence de presse s’oriente rapidement vers la réalisation d’un bulletin mariant informations scientifiques et articles de démystification des pseudo-sciences. En janvier 1985, ce bulletin prend le titre Science et pseudo-sciences. Le sigle AFIS est d’abord présent en gros et est, de fait, partie intégrante du titre.

Lire la suite

« Pseudo-sciences » apparaît en petits caractères grisés pour rappeler qu’il ne s’agit pas, bien entendu, de reconnaître les pseudo-sciences comme de la science, mais d’opposer l’une à l’autre. En 2000, une maquette plus moderne est mise au point, la reliure en « dos carré » est adoptée en 2005, la couleur apparaît dans les pages intérieures en 2010… La diffusion s’envole : 450 lecteurs en 1999 (exclusivement sur abonnement), environ 7 000 personnes aujourd’hui (augmentation largement due à la diffusion par les messageries de presse initiée en août 2007). Deux mille abonnés assurent une partie de l’indispensable stabilité financière pour une entreprise associative exclusivement fondée sur le bénévolat. En parallèle, et depuis une quinzaine d’années, l’AFIS, l’association « mère », qui était au départ uniquement centrée sur la publication de son journal, développe des activités variées : conférences, colloques, rédaction de communiqués…

Science et pseudo-sciences va encore évoluer. Une nouvelle maquette verra probablement le jour avec le numéro 322 d’octobre 2017. Le format va légèrement augmenter, avec ce double objectif : garder une revue de petite taille, appréciée de beaucoup d’entre vous et facile à emporter dans les transports, mais permettre aussi une présentation plus aérée. Le titre de la revue reste inchangé, mais le logo évolue légèrement. Bien sûr, la ligne éditoriale reste la même : éclairer les sujets aux frontières de la science et de la société, expliciter ce que la science dit en soulignant toujours que cet état de la connaissance scientifique ne dicte pas ce que la société doit faire (la décision politique), et toujours dénoncer avec vigueur toutes les formes de pseudo-sciences. Nous constatons que notre rôle est plus que jamais nécessaire.

Nous espérons que cette nouvelle formule vous satisfera, que vous serez encore plus nombreux à vous abonner (un élément clé pour assurer la pérennité de nos projets) et que vous nous ferez connaître autour de vous, auprès de vos amis, de vos collègues et de vos proches.

Science et pseudo-sciences

Ce numéro est disponible en version papier

Acheter
Dossier de presse à télécharger

Si vous êtes journaliste et souhaitez recevoir les derniers dossiers de presse et communiqués dès leur parution sur votre adresse e-mail, cliquez ici.