Accueil / Sornettes sur Internet / Domothérapie : la raison hantée

Domothérapie : la raison hantée

Publié en ligne le 28 mars 2021 -

Dans ces colonnes, nous nous sommes, à de multiples reprises, inquiétés de la structuration toujours croissante des pseudo-sciences, via la caisse de résonance qu’Internet leur offre, mais également par la constitution progressive d’un corpus de fausses connaissances dans lequel chaque théorie pseudo-scientifique prend sa place et développe des liens avec les autres, dans un processus de justification circulaire qui donne une impression de probité. La domothérapie est le prototype de ces nouvelles pseudo-sciences « intégrées ». Descente dans les limbes.

Énergie noire…

La domothérapie est une pseudo-science relativement récente dont l’objectif affiché est de « créer un meilleur climat énergétique au sein de notre foyer [et] de renforcer la qualité des relations au sein du couple ou de la famille » [1]. En effet, suivant ses promoteurs, « le taux vibratoire de notre habitat [aurait] une forte influence sur notre bien-être » [2] et « des énergies nocives [pourraient y] régner […] et faire obstacle à la libre circulation de l’énergie » [3]. De quoi justifier une chasse à ces énergies néfastes, chasse rendue complexe par le fait que leurs sources seraient en réalité multiformes : pollutions
chimiques, électromagnétiques, rayons X et gamma naturels, « cheminées telluriques », eaux souterraines ou encore « mémoire des murs » [4] seraient ainsi autant de menaces pandémoniaques qui justifieraient l’intervention d’un domothérapeute, littéralement un « thérapeute pour la maison ».

Magie blanche...

Pour détecter, analyser et contrecarrer l’influence de toutes ces énergies malveillantes, le domothérapeute dispose d’outils qu’il pioche ouvertement dans les grimoires d’autres disciplines du même acabit, principalement la géobiologie, la chromothérapie, le « feng shui », et le « space clearing » :

  • Avec les préceptes de la géobiologie, le domothérapeute prétend apporter « des solutions aux nuisances permanentes comme les cours d’eau souterrains, les failles, les réseaux telluriques, mais aussi les appareils connectés, électriques, les téléphones sans fils » [5] : ainsi, entre autres choses, le domothérapeute peut « localiser les nœuds magnétiques pouvant par exemple perturber le sommeil » [1] ou encore identifier, en fonction de notre année de naissance et de notre sexe, les coins géographiques où nous sommes plus ou moins à l’aise [6]
  • L’utilisation du feng shui permettrait, elle aussi, de rééquilibrer les énergies et favoriserait « une meilleure qualité de vie dans la santé, la prospérité, les relations du couple et aux autres... » [5].
  • Le space clearing, lui, qui consiste en un « nettoyage énergétique des lieux », est destiné à « effacer toutes les nuisances qui vous créent des blocages, des problèmes de santé » [5] et peut s’effectuer à distance, sur plan… Ce nettoyage est, nous dit-on, nécessaire, car « dans beaucoup de cas sont présentes des énergies psychiques de stress, colère, anxiété, angoisse, peur, généralement laissées par les précédents habitants ». Or ces énergies « pénètrent dans les murs et dans les piliers, sont enregistrées par tous les matériaux cristallins et se déversent encore pendant des années dans l’habitation » [7]
  • Enfin, avec la chromothérapie, le domothérapeute soutient « apporter par la lumière colorée un rééquilibrage du taux vibratoire selon des points précis du lieu de vie ou lieu de travail pour une harmonie et une sérénité globale ». À noter qu’il s’agirait de pratiquer la chromothérapie « à distance sur plan, en général après la géobiologie, le nettoyage énergétique et le feng shui, ce qui permet d’équilibrer l’ensemble des nouvelles énergies reçues » [5].
    Le mauvais esprit, Yoshitsuya Ichieisai (1822-1866)

Et billets verts !

Une fois votre espace de vie « exorcisé » de ses ondes méphistophéliques et autres entités ectoplasmiques, vous vous sentirez, nous dit-on, libéré, tout comme votre porte-monnaie qui s’en trouvera soulagé de plusieurs centaines d’euros... en pure perte. Car cumuler toutes ces techniques donne peut-être une impression de complexité à ceux qui font appel à un domothérapeute, mais ne rend pas l’intervention de ce dernier efficace pour autant : pour reprendre les mots de Gandhi, « l’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie » 1.

La géobiologie de l’habitat n’a en effet aucun des attributs d’une science [8, 9]. Basant leur raisonnement sur des allégations infondées, comme les réseaux Hartman, les cheminées telluriques et autres rayonnements cosmotelluriques, utilisant des « instruments » folkloriques censés les aider à détecter des champs d’énergie imaginaires, les géobiologues perpétuent une vision fantasmée et totalement erronée de l’environnement électromagnétique terrestre et de son influence sur l’être humain.

Empreinte de pensée magique et de références à des notions de médecine traditionnelle chinoise, la chromothérapie est une fausse médecine qui associe aux couleurs des effets thérapeutiques qui n’ont aucune réalité. La lumière a certes certaines applications thérapeutiques scientifiquement décrites, appelées photothérapies (par exemple le traitement de l’ictère du nourrisson) [10], mais les hypothèses de la chromothérapie n’ont, elles, aucune plausibilité ni aucune confirmation expérimentale [11].

Le feng shui est une pratique ancestrale visant à aménager son lieu de vie pour favoriser « la circulation de l’énergie vitale » : cela inclut l’agencement des pièces, le positionnement des meubles, le rangement, la propreté, l’éclairage… Basé sur des notions ésotériques comme le yin et le yang, le feng shui est un art mystique probablement récréatif mais sans lien avec la démarche scientifique [12].

Quant au nettoyage énergétique, c’est une pratique spirituelle cabalistique qu’il est difficile de résumer clairement. Certains thérapeutes utilisent « différentes techniques issues des traditions ancestrales » afin de « nettoyer les énergies résiduelles telles que les larves astrales, ondes nocives, souillures psychiques, la mémoire des lieux ainsi que les âmes errantes » [13], quand d’autres vous proposent d’acheter un « transmutateur d’énergies subtiles congestionnées (usées, sales, stagnantes), c’est-à-dire un instrument capable d’“aspirer” les énergies subtiles dangereuses pour les personnes et [de] les transformer en énergies subtiles bénéfiques » [14]… Inutile de chercher à comprendre comment fonctionne ce genre de réplique digne du « Proton Pack » de SOS Fantômes… Il s’agit simplement d’attrape… -nigauds. Mais cette extrême variété des pratiques et des « outils » révèle l’absence du moindre fondement rationnel à ces pratiques de « nettoyage énergétique ».

Malgré sa nature intrinsèquement occulte, la discipline progresse. Il existe une école française de domothérapie [15] qui, à travers son enseignement en une dizaine de modules (chacun des modules coûtant plusieurs centaines d’euros), propose à ses étudiants d’acquérir « une série de techniques de base leur permettant d’intervenir et de répondre aux demandes les plus courantes de leurs clients » ; ou encore un institut [16] qui enseigne et fédère des consultants, organisés en réseau couvrant le territoire français, ce qui garantirait « aux particuliers et aux entreprises un accès aux formations, aux expertises et aux services […] dans le respect, l’éthique, le sens du service et la confiance ».

Le spectre de l’obscurantisme

La domothérapie, pseudo-science agrégeant des théories et pratiques variées, semble avoir le vent en poupe. Dans cet élan, certains vont encore plus loin et donnent une vocation sociétale à la domothérapie puisqu’on peut lire, au détour d’un site Internet, que « le domothérapeute a aussi un rôle informatif voire éducatif auprès du grand public, et même dans le milieu scolaire, afin de préparer […] les futurs adultes à de bonnes pratiques d’utilisation du modernisme sans en affecter leur santé ni celle des autres » [17]. La voix des pseudo-scientifiques, propagée par les nouveaux outils de communication comme Internet, est désormais plus audible que la voix des scientifiques. Avant que les pseudosciences ne s’implantent durablement dans les esprits des jeunes générations, et ne réduisent à peau de chagrin tout à la fois leur esprit critique et la perspective d’une vie libre et éclairée, une réaction doit advenir : de la part des scientifiques, qui devraient sans relâche expliquer ce qu’est la science, et de la part des responsables politiques qui devront un jour comprendre qu’on ne construit pas un avenir solide sur des fondations marécageuses.

Références


1 | « La domothérapie, c’est quoi ? »,. Biba, 24 janvier 2017
2 | « Domothérapie », sur fleurdevie-energies.com, consulté en juillet 2020.
3 | « Domothérapie », sur gnoma-snamap, consulté en juillet 2020.
4 | « La géobiologie, comment ça marche ? », sur destinationinterieure.com-, consulté en juillet 2020.
5 | « Bienvenue dans la domothérapie », sur synergiedomotherapie.com, consulté en juillet 2020.
6 | « La domothérapie : on a testé »,. Version Femina, 12 novembre 2009
7 | « Domothérapie : nettoyage des énergies subtiles dans la maison », blog Bien-être pour tous, consulté en juillet 2020.
8 | Brugère H, « La géobiologie, une pseudo-science en expansion », SPS n° 277, mai 2007.
9 | Point S, « Géobiologie de l’habitat : un simulacre de science », SPS n° 316, avril 2016.
10 | Point S, « Lumière artificielle et santé humaine. Une relation complexe », Revue de l’électricité et de l’électronique, 2020, 1.
11 | Point S, « Chromothérapie : toutes les couleurs de la fausse science », SPS n° 312, avril 2015.
12 | Lagnély R,« Ondes et champs. Feng Shui et géobiologie à grands traits », SPS n° 266, mars 2005.
13 | « Nettoyage vibratoire pour éliminer les énergies néfastes à Rennes », sur homesmoz.net, consulté en juillet 2020.
14 | « Cleanergy-TEV », sur tao-mieux-être.fr, consulté en juillet 2020.
15 | Formations, sur ecolefrancaisededomotherapie.com, consulté en juillet 2020.
16 | « Trouver ma formation », sur institut-pierre-thirault.fr, consulté en juillet 2020.
17 | Formation à la domothérapie, sur formationgeobiologie.com, consulté en juillet 2020.

1 Mahatma Gandhi, La Jeune Inde, 1924.

Publié dans le n° 334 de la revue


Partager cet article


L' auteur

Sébastien Point

Docteur en physique, ingénieur en optique et licencié en psychologie clinique et psychopathologie. Responsable de (...)

Plus d'informations