Accueil / À propos du livre Les gardiens de la raison - Mise au point du Pr Francesco Di Iorio

À propos du livre Les gardiens de la raison - Mise au point du Pr Francesco Di Iorio

Publié en ligne le 1er décembre 2020 -
Nous avons reçu ce texte du Pr Francesco Di Iorio (17 novembre 2020) qui nous demande sa mise en ligne au côté des autres mises au point relatives au livre Les Gardiens de la raison. Ce que nous faisons bien volontiers.

Mise au point du Pr Francesco Di Iorio

Coordinateur, avec Gérald Bronner, d’un ouvrage intitulé, The Mystery of Rationality publié en 2018 par la maison d’édition Springer [1], je viens de découvrir que notre livre est cité dans Les gardiens de la raison des journalistes Stéphane Foucart et Stéphane Horel et du sociologue Sylvain Laurens (chapitre 11, intitulé « Gérald Bronner, l’intellectuel rationaliste de synthèse »).

Je suis présenté comme « docteur en philosophie, spécialiste de Friedrich Hayek et membre de la Société autrichienne d’économie » (p.297). Je n’ai jamais été membre de cette société et je n’ai jamais entendu parler d’elle. Une recherche sur Internet ne donne d’ailleurs aucune trace d’une telle institution. On trouve bien une Society for the Development of Austrian Economics aux Etats-Unis, mais, je n’en suis pas non plus membre (mon CV est en ligne sur mon site personnel [2] où toutes mes affiliations sont présentées). Cette fausse information vient en renfort d’un schéma interprétatif développé par Foucart, Horel et Laurens suggérant un lien entre le travail de Gérald Bronner et une espèce de complot néo-libéral. Cela en raison des théories politiques anti-étatistes défendues par les membres d’un courant de pensée appelé « école autrichienne d’économie ». En ce qui me concerne, mon travail se concentre essentiellement sur des contributions épistémologiques et méthodologiques.

Les auteurs des Gardiens de la raison écrivent que, dans l’introduction de notre livre, Gérald Bronner et moi-même « [mobilisons] les neurosciences (les “neuros”) pour affirmer que la liberté n’a pas d’autre origine que les contradictions entre les différentes zones de notre cerveau et que les sociologues et les économistes devraient cesser de lier “l’intentionnalité et la rationalité” ». Dans cette introduction, nous ne parlons nulle part de l’origine neuronale de la liberté. Cette introduction se contente de présenter les différents points de vue des théoriciens de la rationalité sans aucune prise de position nette en faveur de telle ou telle perspective défendues. C’est un contresens que de présenter notre texte comme une défense d’un réductionnisme neurobiologique. Cette introduction est en réalité une présentation très synthétique des débats contemporains (développés dans l’ouvrage) et elle souligne, entre autres, l’importance de certaines découvertes des neurosciences du point de vue de l’analyse de la rationalité. D’ailleurs, tous les auteurs de The Mystery of Rationality s’opposent au réductionnisme neurobiologique. La plupart sont très connus au niveau international et beaucoup d’entre eux ne suggèrent pas de séparer intentionnalité et rationalité.

Par ailleurs, dans notre introduction, nous ne disons pas ce que les sociologues et les économistes devraient faire.

Francesco Di Iorio
professeur associé de philosophie à l’université Nankai (Chine).

[1] Gérald Bronner et Francesco Di Iorio (dir.), The Mystery of Rationality. Mind, Beliefs and the Social Sciences, Springer, Cham (Suisse), 2018.

[2] Site personnel de Francesco di Iorio : francesco-di-iorio.com/

.


Partager cet article