Accueil / Notes de lecture / S’initier à la psychologie positive

S’initier à la psychologie positive

Publié en ligne le 19 novembre 2021
S’initier à la psychologie positive
Prendre soin de soi, des autres et de l’environnement
Marine Paucsik, Jean-Baptiste Baudier, Rebecca Shankland
Eyrolles, 2021, 184 pages, 12 €


Rebecca Shankland, professeure de psychologie à l’université Lumière Lyon 2, a déjà publié plusieurs ouvrages sur la « psychologie positive », l’étude des conditions qui favorisent le fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions. Deux doctorants signent avec elle ce livre, préfacé par le psychiatre comportementaliste Christophe André, qui a particulièrement contribué en France à la diffusion de la psychologie positive et à la pratique de la « pleine conscience ».
Les auteurs ont pris soin de répondre en détail aux diverses critiques dont la psychologie positive a été l’objet : « ce n’est que de la “pensée positive” de style américain », « elle fait négliger les véritables problèmes », « elle rend individualiste », etc.
Les trois premiers chapitres portent sur des fondements de la psychologie positive : les raisons de s’intéresser au bien-être psychologique, les déterminants du bien-être aujourd’hui clairement identifiés, la façon dont la psychologie peut rendre service.
Les chapitres suivants développent des thématiques désormais classiques de la psychologie positive : l’identification de ses propres valeurs et ressources ; le développement de la bienveillance envers soi ; les facteurs favorisant la résilience en cas de traumatismes ; la gestion des émotions ; la réduction du « biais de négativité » et l’entraînement à la direction de l’attention vers ce qui compte vraiment pour soi ; le développement de relations épanouissantes. L’objectif principal est moins la recherche du bonheur « hédonique » (favoriser les plaisirs et éviter tout ce qui est déplaisant) que ce qu’Aristote appelait le bonheur « eudémonique » : la poursuite de ce qui donne du sens à l’existence.
L’ouvrage se veut très pédagogique. Il comprend des encadrés, des tableaux, des récits de cas et d’expériences. Les auteurs ont le souci de renvoyer sans cesse à des publications (la bibliographie compte vingt pages), allant parfois jusqu’à citer des auteurs pour des idées devenues banales.
Nous avions rendu compte de l’excellente présentation par R. Shankland de méthodes et de résultats marquants de ce champ d’études 1. Le présent ouvrage n’a guère cette rigueur. L’objectif est simplement de présenter quelques propositions concrètes d’amélioration du bien-être basées sur des recherches méthodiques. Il donnera des idées et plaira à certains. D’autres le trouveront un peu court.

1 Shankland R, La Psychologie positive, Dunod, 2010, 156 p. Rééd. 2014, 244 p. https://www.afis.org/La-psychologie-positive.