Accueil / Notes de lecture / Expliquer le comportement

Expliquer le comportement

Publié en ligne le 3 septembre 2021
Expliquer le comportement

Les raisons dans un monde de causes

Fred Dretske, préface de Joëlle Proust

Éditions Matériologiques, 2020, 283 pages, 25 €

Pourquoi les gens font-ils les choses qu’ils font ? Vaste question, qui est pourtant l’une des plus fréquentes que nous nous posons au quotidien. Si Robert a glissé dans l’urne un bulletin de vote pour le parti écologiste, c’est sans doute parce qu’il se soucie du futur de la planète. Si Javier se met tout d’un coup à sauter dans tous les sens en poussant des cris désarticulés, c’est probablement parce que son équipe préférée vient de marquer le but de la victoire. Et si Yasmine me regarde avec un air suspicieux depuis quelques jours, c’est sans doute qu’elle a ses raisons, même si je les ignore. Notre monde social est essentiellement constitué de comportements que nous essayons de comprendre et nous y parvenons, même, assez souvent. C’est heureux : les gens ne semblent pas faire n’importe quoi, du moins ce n’est pas systématiquement la première interprétation qui nous vient à l’esprit. Nous considérons, en outre, rarement que nos proches agissent sous le contrôle d’une télécommande activée par un savant fou, ou qu’ils sont mus par une force extra-terrestre inconnue, ou qu’ils sont soudain possédés par l’esprit d’un ancêtre. Or si le comportement n’est ni complètement aléatoire, ni la résultante purement passive d’une détermination extérieure, c’est qu’il doit trouver son origine dans les individus eux-mêmes. La plupart du temps, en effet, les comportements ont un sens pour ceux qui les produisent et ceux qui les observent.

C’est ici que les problèmes commencent. Pourquoi avons-nous cette propension à signifier des choses et d’où vient-elle ? Comment savons-nous sur quoi portent nos actions, ce qui nous indique ce qu’il faut faire dans telle ou telle situation, pourquoi certains comportements donnent-ils de meilleurs résultats que d’autres, qu’est-ce qui nous pousse ainsi à agir ? Derrière ces questions a priori basiques se cachent en réalité des complexités qui sont au cœur d’une bonne partie de la philosophie contemporaine et des sciences cognitives, et qui relèvent depuis une quarantaine d’années d’un programme soutenu de naturalisation de l’intentionnalité. Dans ce registre, ce livre du philosophe états-unien Fred Dretske (1932-2013), d’abord paru en 1988 en anglais 1, fait figure de classique et garde toute son actualité. Cet auteur, traduit aujourd’hui pour la première fois en français, est une figure incontournable d’une philosophie rigoureusement informée par les données scientifiques les plus solides. On lui doit des travaux importants sur les questions de la conscience, de la représentation, de la perception, de la croyance et de l’intentionnalité, écrits dans un style influencé par sa formation d’ingénieur, c’est-à-dire extraordinairement précis, méthodique, clair et efficace.

Pour F. Dretske, le comportement doit se comprendre comme un processus. Au même titre que la « digestion » est un processus complexe qui comprend l’ingestion de nourriture, sa transformation chimique en nutriments et leur absorption par l’organisme, et ne peut se réduire à l’un ou l’autre de ces mécanismes, le comportement implique différentes composantes, ou étapes, que l’auteur s’efforce de formaliser et mettre en relation. Ainsi, les comportements sont des activités motrices dirigées vers un but et causées par des états internes (tels que des représentations, des croyances et des désirs) qui s’efforcent de refléter fidèlement des états du monde. Si un rat de laboratoire appuie sur un levier pour obtenir de la nourriture à chaque fois qu’une lumière rouge s’allume, c’est que l’état perceptif interne « voir la lumière rouge » en est venu à indiquer la possibilité d’obtenir de la nourriture, et donc à causer l’action « appuyer sur le levier » lorsque le rat est mû par le désir de s’alimenter. Il y a donc, dit F. Dretske, une cause structurante à ce comportement, qui est la faim, la raison pour laquelle le rat appuie sur le levier, et qui recrute pour ainsi dire l’association apprise entre un état psychologique interne et des schémas moteurs de pression, lesquels permettent d’obtenir satisfaction dans ce contexte particulier.

Avec une patience, une concision et une clarté exemplaires, F. Dretske procède à l’analyse des causes, des raisons, des représentations, des intentions, des buts, des croyances et des désirs, ainsi qu’à leurs interactions, qui aboutissent à ce que nous appelons donc ordinairement des comportements, tout en donnant des exemples taillés sur mesure et souvent amusants. L’auteur n’hésite d’ailleurs pas à partir des agissements rudimentaires d’êtres unicellulaires, de végétaux et d’insectes, et s’inspire même de la mécanique d’artefacts créés dans un but précis, tels qu’un dispositif d’ouverture de porte de garage ou un thermostat.

Trente-trois ans après sa publication, et même en ignorant tout des nombreux débats qu’il a suscités (Joëlle Proust en donne un aperçu dans sa préface), on lit encore Expliquer le comportement avec profit pour sa façon implacable de décortiquer les comportements humains, et également pour la découverte d’un style et d’une pensée particulièrement stimulants.

1 Traduit de l’anglais Explaining Behavior. Reasons in a World of Causes, MIT Press, 1988, par Isabelle Martineau et Françoise Parot.

Publié dans le n° 338 de la revue


Partager cet article


Auteur de la note

Sebastian Dieguez

Chercheur en neurosciences au Laboratoire de sciences (...)

Plus d'informations