Accueil / Esprit critique / Le succès des Rencontres de l’esprit critique 2023

Le succès des Rencontres de l’esprit critique 2023

Publié en ligne le 4 décembre 2023 - Esprit critique et zététique -
Un an après la dernière édition, les troisièmes Rencontres de l’esprit critique(REC) se sont tenues les 22 et 23 avril 2023 à Toulouse et ont été à nouveau une réussite. L’Afis était présente avec un stand proposant des numéros de la revue Science et pseudo-sciences et des livres de sa maison d’édition, Book-e-Book. Elle a également animé des conférences et des tables rondes.

Nous avons posé quelques questions à Willy Lafran, l’organisateur de cet événement

SPS. Peux-tu rappeler l’objectif de ces rencontres ?
Willy Lafran. Les Rencontres de l’esprit critique (REC) est un festival populaire et gratuit à destination des familles. Grâce aux conférences, aux divers ateliers et aux spectacles, elles pourront éprouver leurs propres certitudes sur différents sujets, réfléchir à leur façon de penser ou apprendre à penser autrement. Il s’agit d’exercer la pensée critique dans différents domaines comme la science, la philosophie, la santé, l’éducation, la technologie ou encore l’art.

Cependant, ce n’est pas un « séminaire de zététique », contrairement à ce que je lis parfois sur les réseaux sociaux. L’objectif est plutôt d’organiser un rendez-vous annuel pour les familles : que les enfants aient envie d’y amener leurs parents et que les parents aient envie d’y amener leurs enfants. Le contenu doit être accessible, mais également passionnant pour le grand public.

C’est pour cela que j’essaie d’avoir une programmation tout public. Les rencontres mélangent des échanges entre des intervenants issus de différents horizons (universitaires, vulgarisateurs, associations, acteurs de terrain) et des contenus aussi bien théoriques (avec les conférences) que pratiques (avec les ateliers). On y retrouve aussi des expositions, comme celles du « Livre géant de la laïcité », de « Evidence Based Bonne Humeur », de « Grandpamini » ou du collectif « Marge sur le dessin de presse ».

SPS. Quels ont été les éléments marquants pour cette édition 2023, selon toi ?
WL. Déjà, la fréquentation : l’édition 2023 a réuni plus de 1 800 personnes (contre 800 la première année et 1 400 la seconde). L’offre était si importante cette année que le public a pu être frustré de ne pouvoir assister qu’à une petite partie. Je tiens donc à rappeler un autre objectif des rencontres : créer du contenu qui puisse être réutilisable. Cette troisième édition a permis la captation de plus de 85 vidéos qui seront diffusées tout au long de l’année. Elles seront également mises à disposition des collectivités partenaires. Par ailleurs, les conférences et tables rondes enregistrées pourront être proposées dans les écoles, collèges et lycées grâce aux partenaires qui nous soutiennent (Conseil départemental de Haute-Garonne, Région Occitanie et la communauté d’agglomération du sudest toulousain, Sicoval). Je tiens à les remercier pour leur implication et leur confiance depuis la toute première édition du festival. Je suis persuadé que les collectivités ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre la désinformation et la promotion de l’esprit critique. Dans un contexte de défiance sur les sujets de santé, de science ou de politique, elles peuvent et doivent constituer un repère de confiance pour le citoyen.

Des changements ont cependant marqué cette édition. Ainsi, le traditionnel discours d’inauguration a été remplacé par une table ronde centrée autour des questions du public. Le thème « Les collectivités locales face à la désinformation » a permis aux élus des collectivités partenaires de mettre en avant leur expertise de terrain. C’est un format qui sera conservé car il offre un temps d’échange privilégié avec le public autour d’un sujet peu traité.

Réunion d’amis, Eustache Le Sueur (1616-1655)

Ensuite, le format des conférences a évolué : une demi-heure en salle suivie d’une demi-heure de questions dans un salon en sortie de la salle. Cela permet à la fois d’enchaîner plus rapidement les sujets et de donner une meilleure dynamique, mais aussi de conférer une ambiance plus privée et détendue à l’échange avec le public. Les contraintes logistiques nous ont inquiétés au début, mais finalement, ce format a été une réussite grâce au professionnalisme de nos intervenants. Bien entendu, certains conférenciers auraient préféré avoir plus de temps, avec des questions du public posées de manière plus classique afin de les partager avec la salle. Cette formule sera reconduite, mais ne sera plus la seule proposée afin de satisfaire le plus grand nombre.

D’autres évolutions ont marqué cette édition. Un « espace junior », dédié aux 3-12 ans, était proposé, avec des jeux, des ateliers, et même des mini-conférences données par certains intervenants du REC volontaires pour passer du temps avec les enfants.

Autre nouveauté, un temps « Débats & disputatio » proposé cette année sous forme de spectacle. Ce format sera reconduit lors de la prochaine édition du festival, retravaillé pour en faire un format en journée, avec l’objectif d’offrir des discussions cadrées et argumentées, respectant des règles propices à la compréhension des arguments des parties.

Enfin, le dernier point à souligner concerne l’organisation : les REC disposent maintenant d’un Intranet permettant la gestion, la logistique et l’aide à la programmation multisite en prévision de « REC itinérantes » à venir.

Pour finir sur cette édition 2023, j’aimerais dire que j’ai été marqué par la simplicité et la gentillesse d’Henri Broch, ainsi que par la sincérité d’un public reconnaissant à son égard (ses conférences affichaient toutes complet !). Je salue également les artistes du spectacle « Rec en Scène ». Tous étaient des conférenciers (chercheurs, médecins, professeurs, auteurs…) qui, avec des journées bien remplies, ont pourtant trouvé le temps, tout au long de l’année, de se coordonner pour écrire un spectacle, composer des chansons et jouer (sans aucune répétition). Merci à eux !

SPS. Et pour la suite ?
WL. Le festival, sous sa forme classique, va se poursuivre, toujours à Toulouse. Cela devrait être les samedi et dimanche 27 et 28 avril 2024. Ce sera alors les vacances scolaires pour les zones A et B, ce qui permettra aux familles de venir de toute la France.

J’espère également concrétiser dès cette année le projet de « rencontres itinérantes ». Ces rencontres se dérouleront selon la même formule que le festival (conférences, tables rondes, ateliers et spectacle), mais seront ciblées sur un thème précis afin de tenir sur une seule journée. L’idée est de coproduire l’événement avec une association locale qui organiserait déjà un festival culturel auquel nous pourrions nous accoler. L’association doit être de taille suffisante, avec des liens déjà établis avec les collectivités locales. Dans les rencontres en prévision, il s’agit souvent d’associations sans aucun lien avec l’esprit critique (plutôt portées sur l’éducation, le numérique ou la culture). Il est cependant tout à fait envisageable d’intégrer dans le projet une association « relais », plus petite, impliquée dans la diffusion de l’esprit critique au niveau local. Nous avons pour l’instant bien avancé sur l’organisation d’un tel événement en Corse. D’autres lieux sont à l’étude. Et quelques surprises sont à attendre lors de ces événements.

Publié dans le n° 345 de la revue


Partager cet article


L' auteur

Willy Lafran

Willy Lafran est co-fondateur de Freya Games, une entreprise engagée dans la conception de jeux sérieux autour de (...)

Plus d'informations