Accueil / Esprit critique / L’esprit critique a désormais ses rencontres… et c’est un succès

L’esprit critique a désormais ses rencontres… et c’est un succès

Publié en ligne le 20 février 2022 - Esprit critique et zététique -
Willy Lafran est co-fondateur de Freya Games, une entreprise engagée dans la conception de jeux sérieux autour de l’éducation aux médias et à l’information, l’inclusion numérique et la santé numérique.

Freya Games propose un jeu gratuit sur l’esprit critique accessible sur son site espritcritique.freya-games.com

Willy Lafran a été l’organisateur des premières Rencontres de l’esprit critique qui se sont déroulées en septembre 2021 près de Toulouse.

Propos recueillis par Philippe Hubert (comité Afis 31)

L’édition 2022 des Rencontres de l’esprit critique se tiendront les 22 et 23 avril 2022 à Toulouse. Détails sur le site de l’évènement.

Entretien avec Willy Lafran

Sceptiques, zététiciens, libres penseurs, rationalistes... Quel que soit le qualificatif qu’ils se donnent, les amateurs des méthodes qui permettent de mieux penser le réel étaient nombreux à participer aux premières Rencontres de l’esprit critique (REC 2021) qui se déroulaient en septembre dernier au centre Diagora de Labège (Haute-Garonne).

Vous avez organisé ces premières rencontres. Quel est votre propre rapport à l’esprit critique ?

Willy Lafran : Je suis sensibilisé au sujet depuis plusieurs années, du fait de la collaboration de notre studio de développement de jeux avec l’association Savoir*Devenir qui a une expertise en éducation aux médias et à l’information. À ce titre, nous avons dernièrement remporté un appel à projet du ministère de la Culture pour la création d’un jeu vidéo sur l’esprit critique.

Qu’est-ce qui a motivé l’organisation d’un tel événement ?

Nous voulions montrer qu’il est possible de réunir du public autour de sujets sérieux mais traités avec une approche ludique, interactive, conviviale et s’adressant aussi aux enfants, en faisant se rencontrer des universitaires, des vulgarisateurs, des associations et des acteurs de terrain.

Nous avions également envie de faire connaître la réalité de cette communauté perceptible en ligne, sur les réseaux, mais peu connue du grand public. Localement, il s’agissait enfin de rassembler différents partenaires (région Occitanie, département de Haute-Garonne et Sicoval) susceptibles de prolonger tout au long de l’année les actions initiées lors de ces rencontres.

Comment ces rencontres étaient-elles organisées ?

Les rencontres se sont déroulées sur une journée complète. L’entrée était gratuite, avec proposition de don à l’association « Tout le monde contre le cancer ». Étant donné les limitations liées au contexte sanitaire, nous avons dû mettre en place un système de réservation afin de respecter la capacité d’accueil du centre Diagora. Néanmoins, plus de huit cents visiteurs ont été accueillis.

Plusieurs types de manifestations étaient prévues, abordant des sujets divers et en rapport avec les enjeux de société actuels.

En libre accès durant toute la journée, il y avait tout d’abord des expositions (comme celle de l’auteur des petites bandes dessinées que l’on peut retrouver sur son site Evidence Based Bonne Humeur (ebbh.fr), des posters et des stands proposant diverses activités (dont certaines étaient prévues pour les enfants). Par exemple, sur les biais cognitifs, les fake news, les médecines non conventionnelles, les pseudo-sciences.


Il y avait également une programmation offrant de petites conférences interactives à destination du jeune public (idées reçues autour du corps humain, de l’espace, des insectes...) et des tables rondes discutant de la pratique de l’esprit critique dans divers domaines : vulgarisation, recherche, sciences humaines et sociales, jeux vidéo, santé, éducation, information. Parmi les nombreux intervenants, nous pouvons citer, sans pouvoir tous les nommer : Thomas Durand, Jean-Michel Abrassart, Samuel Buisseret, Thibault Fiolet, Florian Cova, Marc Gozlan, Denis Caroti.

Les Rencontres se sont terminées par une session de divertissement comprenant un quiz « culture critique » (voir encadré ci-après) et un spectacle de mentalisme (numéros de magie créant l’illusion de facultés paranormales) présenté par Clément Freze.

Quiz « culture critique » par Clément Freze


Quelques-unes des questions posées.

  • Quel groupe religieux a prévu une fin du monde pour 1918 ?
  • Selon vous, en quoi consiste l’instinctothérapie ?
  • Donnez le nom d’au moins trois personnes qui ont prédit la fin du monde en 1999 mais que cela n’a pourtant pas empêchées de parler au troisième millénaire.
  • Comment le principe du rasoir d’Occam a-t-il été accueilli à l’époque où il a été formulé ?
  • Selon une légende urbaine complotiste, dans quel endroit pouvait-on se faire piquer par des seringues contaminées au HIV ?
  • Vrai ou faux ? L’organothérapie est une forme d’homéopathie qui utilise une fraction de l’organe sain d’un animal correspondant à l’organe malade du patient.
  • Vrai ou faux ? En médecine indienne ayurvédique, l’ingestion de beurre clarifié permet aux toxines de se détacher progressivement des cellules.
  • Vrai ou faux : l’urinothérapie a une variante, la répudiathérapie, qui consiste à prélever et à ingérer de manière transformée certains excréments humains.

Quel accueil cet événement a-t-il reçu ?
En amont, nous avons pu bénéficier d’un soutien des institutions locales : Sicoval (communauté d’agglomération du sud-est toulousain), département de Haute-Garonne, région Occitanie, ainsi que deux mutuelles (Maif et Harmonie Mutuelle). La communauté sceptique a été très active pour proposer des intervenants, des ateliers, des bénévoles pour aider à l’organisation.

Toutes les places ont été retenues en trois semaines, et tout s’est parfaitement bien déroulé : l’ambiance était excellente, avec des parents heureux de voir l’intérêt de leurs enfants pour le sujet, des intervenants témoignant du bien que cela faisait à la communauté de se rencontrer « physiquement ».

Finalement, on peut dire que ce fut un succès inespéré : le plus gros rassemblement en France de mémoire de sceptique, avec des partenaires heureux d’avoir eu raison de faire le pari de nous soutenir et désireux de poursuivre le dispositif en local tout le long de l’année.

Qu’en sera-t-il des futures REC ?
Nous resterons fidèles aux partenaires institutionnels qui nous ont fait confiance : les prochaines rencontres se tiendront en avril 2022, encore à Labège, et au vu du succès, nous allons pouvoir doubler la capacité d’accueil des visiteurs tout en ouvrant encore plus à l’international la programmation à venir.

Nous allons prendre en compte les retours que nous avons eus de la part des visiteurs et des intervenants, nous projetons de nous organiser en deux journées. La première proposera des contenus familiaux, grand public, en développant les ateliers pour les enfants afin que les parents puissent aller profiter du festival. L’autre journée sera plus destinée aux professionnels.

Enfin, nous aimerions ajouter une dimension artistique supplémentaire, et impliquer les jeunes au travers des collectivités locales pour qu’ils jouent un rôle plus important sur les prochaines rencontres.

Vous pouvez retrouver les événements de la journée REC 2021, avec les enregistrements des conférences et des tables rondes sur le site rec2021.com

Publié dans le n° 339 de la revue


Partager cet article


L' auteur

Willy Lafran

Willy Lafran est co-fondateur de Freya Games, une entreprise engagée dans la conception de jeux sérieux autour de (...)

Plus d'informations