Accueil / Regards sur la science / Une étude sur la diminution des populations d’oiseaux en Europe

Une étude sur la diminution des populations d’oiseaux en Europe

Publié en ligne le 4 novembre 2023 - Environnement et biodiversité -
Rubrique coordonnée par Kévin Moris

Les oiseaux forment, parmi les vertébrés terrestres, le groupe le plus nombreux en termes d’espèces. On constate une décroissance de leur population en Europe et ailleurs dans le monde depuis plusieurs décennies. Les pratiques agricoles, et en particulier l’usage des pesticides, ont souvent été mises en accusation. En effet, il n’est pas surprenant que l’usage des insecticides ait un impact sur les populations d’insectes et autres invertébrés qui forment une part importante de l’alimentation de nombreuses espèces aviaires. Mais d’autres facteurs explicatifs à la diminution des espèces aviaires ont été avancés, comme l’anthropisation des surfaces, la disparition des haies, la pollution lumineuse et même l’augmentation de la population des chats domestiques.

Petites hirondelles messagères (Hirundo neoxena) âgées d’environ trois semaines

Dans une nouvelle étude publiée dans la prestigieuse revue PNAS, une équipe portée par des chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier analyse l’évolution de la population de nombreuses espèces d’oiseaux dans les pays d’Europe sur près de quatre décennies [1]. L’étude confirme que les populations sont en décroissance, en moyenne de 25 % depuis 1980. Cette moyenne agrège toutefois des impacts anthropiques très disparates selon les milieux considérés. La décroissance est nettement plus marquée pour les espèces qui vivent en milieu agricole (– 43 %) que pour celles vivant en milieu forestier (– 19 %) ; on observe même une légère croissance pour les espèces urbaines. Notons que la diminution a été particulièrement rapide dans les années 80 et se poursuit à un rythme moins rapide.

Les auteurs ont réalisé une étude statistique multivariée afin d’identifier les facteurs responsables de cette diminution des populations. Ils se basent sur des relevés effectués sur 20 000 sites distribués dans 28 pays européens et sur 170 espèces différentes. L’analyse permet de montrer que ce sont les pratiques d’agriculture intensive, quantifiée par l’utilisation d’engrais et de pesticides, qui sont le principal facteur expliquant la décroissance. Les autres facteurs significatifs sont l’urbanisation et la hausse des températures due au réchauffement climatique. À l’inverse, la croissance de la surface des forêts en Europe est favorable à de nombreuses espèces.

Référence


1 |Rigal S et al., “Farmland practices are driving bird population decline across Europe”, PNAS, 2023, 120 :e2216573120.

Publié dans le n° 345 de la revue


Partager cet article


L' auteur

François-Marie Bréon

François-Marie Bréon est chercheur physicien-climatologue au Laboratoire des sciences du climat et de (...)

Plus d'informations